Un article de La Vie du Rail (de Georges RIBEILL) sur la condition des cheminots au début du 20ème siècle. Et comment cette condition a contribué au développement de la syndicalisation. Cet article s'inspire des écrits de Pierre HAMP (de son vrai nom Henri BOURILLON) dans La Tribune des Cheminots avec laquelle il collabora alors qu'il n'était plus cheminot, mais aussi dans ses ouvrages.

Qui était Pierre HAMP ? D'abord apprenti-pâtissier, puis cuisinier, il rentrera ensuite à la Compagnie du Nord. Selon certains articles, il fut facteur aux écritures en gare d'HIRSON, selon d'autres, il fut Chef de Gare à HIRSON. Pour sa participation à la grève de 1910, la Compagnie du Nord fit pression sur lui afin qu'il démissionne, ce qui fit. Il devint ensuite Inspecteur de Travail. Il fut aussi écrivain, et rédigea entre autres une collection intitulée La Peine des Hommes, ou il écrivit sur la condition ouvrière dans différents métiers. Celui sur les cheminots avait comme sous-titre Le Rail. La Compagnie du Nord obtint de l'Agence HACHETTE que les ouvrages de Pierre HAMP ne soient pas vendus dans les bibliothèques de gare.

En tant qu'Inspecteur du Travail, il tint avant la 1ère Guerre Mondiale une chronique dans l'Humanité qui était à l'époque un quotidien socialiste fondé par Jean JAURES.

Politiquement, il était socialiste, et n'a jamais rejoint le Parti Communiste.

L'article de la Vie du Rail évoque aussi la 1ère revendication de nationalisation des Chemins de Fer, sous la plume de Marcel BIDEGARRAY, 1er Secrétaire Général de la Fédération. Des extraits de la brochure sont cités dans l'article. La personnalité de Marcel BIDEGARRAY, et surtout son itinéraire politique après sa retraite ont déjà été abordés dans une précédente publication (un article de Georges RIBEILL) sur l'unification syndicale de 1917. Cette publication a été transférée de l'onglet histoire dans le dossier Histoire Sociale des Cheminots.