En début de soirée, Jacques TOURNE, secrétaire de la Section, a prononcé l’allocution Suivante.

     Hommage aux victimes des attentats terroristes à PARIS :

Bonjour à tous,

C’est dans un contexte particulièrement dramatique et avec beaucoup d’émotion que je m’exprime devant vous. Hier soir, 13 Novembre, en l’espace d’une demi heure, dans différents endroits de PARIS, des terroristes ont ouvert le feu sur des personnes attablées devant des restaurants, d’autres ont tiré à la kalachnikov sur des spectateurs assistant à un concert dans la salle de spectacle BATACLAN où se trouvaient 1500 personnes. Des kamikazes ayant des ceintures d’explosifs se sont fait exploser devant le Stade de France. Selon les informations dont je dispose, il y aurait à l’heure où je vous parle, au moins 127 morts et plus de 300 blessés.

Jamais il n’y a eu d’attentats terroristes aussi graves dans notre pays. Même pendant la guerre d’Algérie, il n’y a pas eu un acte terroriste ayant provoqué autant de victimes.

Dans ces circonstances tragiques j’ai, avec vous tous, avec la CGT, une pensée émue pour les victimes ainsi que pour leurs familles.

Je condamne sévèrement avec vous tous, avec la CGT, ces actes qu’aucune cause ne justifie. Les mots me manquent pour exprimer mon horreur devant tant de cruauté.

Le Président de la République a annoncé 3 jours de deuil national, la mise en place de l’état d’urgence, l’annulation de toutes les manifestations sportives ou culturelles ainsi que les sorties scolaires à PARIS.

Au delà de l’émotion que légitimement nous ressentons tous en ce moment, nous devons nécessairement nous interroger aussi sur des questions de fond, pourquoi tout cela a t-il pu se produire ?

Nous ne savons pas à l’heure qu’il est qui sont les commanditaires de ces actes terroristes.

La France est intervenue ou intervient actuellement, militairement, dans différents pays, le MALI, l’AFGHANISTAN, la SYRIE. Sous l’ancien Président de la République, elle est intervenue en LIBYE. On nous a dit et répété que ces interventions dans ces pays avaient pour but « d’éradiquer le terrorisme et de protéger notre territoire national ». Mais où sont les résultats ?? Le terrorisme, loin d’avoir reculé, prend de l’ampleur, alimenté par les guerres qu’avec d’autres pays nous menons.

La guerre ne règle pas les problèmes, au contraire, elle les aggravent. La guerre engendre la guerre. La guerre développe la haine et alimente le désir de vengeance, de revanche.

La CGT est une organisation qui se bat pour la paix à laquelle tous les travailleurs quels qu’ils soient ont intérêt .

Je ne dis pas qu’il n’y a pas lieu de prendre des précautions pour protéger les habitants de notre pays. Je dis cependant que la solution des conflits et le retour à la paix ne passent pas que par des interventions militaires. Cela nécessite également des solutions politiques, économiques et sociales.

Le Président de la République a déclaré qu’il serait « impitoyable » en riposte aux attentats que nous venons de subir. Qu’est ce que « impitoyable » veut dire ? Plus de guerre ? Mais dans ce cas, n’y aura t-il pas plus de terrorisme en contrepartie ?

Le Président de la République instaure l’état d’urgence. Il y a là le risque dans cette situation qu’il soit porté atteinte à nos libertés individuelles et collectives. Pourra t-on manifester dans cette période pour nos revendications ? Dans ce contexte, il y a le risque que celles ci passent au second plan.

A la suite de cette 1ère partie de l’intervention, les 92 participants à la Soirée Choucroute ont observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats et en soutien à leurs familles.

LA MANIFESTATION INTERPRO DES RETRAITES DU 24 NOVEMBRE 2015

       Pour les retraités, comme pour les salariés, cela ne peut plus durer !

Le gouvernement actuel, comme le précédent, est plus à l’écoute du patronat, des actionnaires que des retraités, des salariés. Notre pouvoir d’achat ne cesse de régresser. Cela fait maintenant presque 3 ans que nos pensions sont bloquées.

       Pour dire que cela suffit, le 1er Octobre, plus de 100 000 pétitions ont été remises au Président de la République. Cela faisait suite aux diverses initiatives unitaires menées dans tout le pays à l’appel d’organisations de retraités CGT – FO – CFTC – CGC – FSU – Solidaires, LSR – UNRPA.

       Il faut rappeler que d’années en années, les réformes Balladur, Juppé et celles des gouvernements qui ont suivi, en accord avec le MEDEF, ont porté un sérieux coup aux retraités, aux futurs retraités.

         Les mesures qui font mal   :

-          c’est l’allongement de la durée de cotisation qui de 37,5 années a été portée à 40 années pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Et comme vous le savez, le gouvernement actuel a décidé de ne pas s’en tenir là, en prolongeant progressivement la durée de cotisations à 43 années.

-          C’est aussi le salaire moyen de référence calculé sur les 25 meilleures années et non plus sur les 10 meilleures années, pour les salariés du régime général de la sécurité Sociale. A noter qu’en décidant de mensualiser les pensions des cheminots au 1-01-2016 au lieu du versement trimestriel à échoir, le gouvernement et la Direction SNCF ont la volonté d’aligner le régime des cheminots par le bas, donc sur le régime général, sans que cela n’apporte quoi que ce soit aux salariés de ce régime, bien entendu.

-          C’est aussi la revalorisation de la pension qui se fait à partir de l’évolution des prix et non plus à partir de l’évolution générale des salaires.

A préciser que le MEDEF a obtenu que les pensions du régime général soient revalorisées un point de moins que l’inflation et bloquées pour plusieurs années.

A préciser aussi, car c’est important, concernant les retraites complémentaires ARRCO – AGIRC, que le Medef a obtenu avec l’accord de 3 syndicats ( CFDT – CFTC – CFE/CGC ), une sous indexation des pensions, le décalage des revalorisations annuelles, et à partir de 2019, qu’un salarié remplissant les conditions pour toucher la retraite de base du régime général au taux plein, c’est à dire 62 ans avec 41,5 années de cotisations, soit obligé de faire un an de plus s’il ne veut pas voir sa retraite complémentaire amputée de 10%. Autrement dit, c’est la 1ère pierre de la retraite à 63 ans qui est posée.

Concernant le pouvoir d’achat, il est amputé comme vous le savez par le poids de mesures fiscales comme la suppression de la ½ part fiscale aux parents isolés ou aux veufs et veuves ayant eu un enfant, l’imposition de la majoration de 10% pour les retraités ayant élevé 3 enfants, l’instauration de la CASA de 0,3%….

         Tout ceci a rendu imposables des retraité-e-s qui ne l’étaient pas et a fait franchir à certains le seuil qui déclenche le paiement de la redevance TV, les impôts locaux et ce qui supprime des aides diverses…En effet, jusque là exonérés, 250000 retraités aux revenus modestes viennent de se voir réclamer le paiement d’impôts locaux , la taxe foncière et la taxe d’habitation en raison de l’application d’une décision prise sous la présidence de Nicolas Sarkozy et que le gouvernement de F.Hollande n’a pas abrogée. Désormais , la ½ part fiscale accordée aux veufs et veuves et aux parents isolés n’est plus prise en compte , à compter de 2014 , dans le calcul de l’impôt. Conséquences , des retraités dont la pension ne dépasse pas 1000 euros par mois ont franchi le seuil déclenchant le paiement de la taxe foncière et la taxe d’habitation , en se voyant réclamer entre 500 et 1000 euros.

         Face à cette situation et à la colère qu’elle provoque , Manuel Valls, 1er Ministre et Christian Eckert, secrétaire d’Etat au Budget, ont indiqué que pour les taxes dues en 2015, ceux qui ont déjà payé seront remboursés, s’ils bénéficiaient auparavant d’une exonération et pour ceux qui n’ont pas encore payé, qu’ils ne devraient pas le faire. Mais ces déclarations doivent être prises avec prudence car il faudra voir ce qui va se passer concrètement.

         Il faut parler de l’augmentation de la TVA, l’impôt le plus injuste qui pèse lourdement sur le pouvoir d’achat de tous les retraités et proportionnellement encore plus sur les basses pensions.

          Concernant les femmes salariées et retraitées : elles gagnent toujours 27% de moins que les hommes. Elles se retrouvent donc avec des pensions de retraites inférieures de 40% à celles des hommes. La pension moyenne des retraités est de 1306 euros brut par mois, soit 1642 euros pour les hommes, mais seulement 993 euros pour les femmes.

Et voilà que maintenant, au nom de l’idée qu’aujourd’hui, les femmes travaillent comme les hommes, certains osent déclarer que la pension de reversion n’aurait plus lieu d’être. Il faut savoir que plus d’une femme sur 4 ne reçoit que la reversion. Les pensions de reversion concernent 4,4 millions de retraités.

             On peut augmenter les pensions : c’est un choix politique.

Les exonérations de cotisations sociales patronales coûtent 30 milliards d’euros par an à l’Etat. Et le CICE, le pacte de responsabilité aggrave encore la situation. Le Président de la République s’est engagé à alléger « les charges » des entreprises. Donc, 30 à 35 milliards d’euros supplémentaires qui seront pris sur les salaires. Il a réaffirmé sa volonté de réduire les dépenses publiques, à hauteur de 50 milliards d’euros de coupe en 2017( 18 milliards d’économies supplémentaires par an). Cet argent offert aux actionnaires devrait plutôt servir l’investissement, l’emploi, la sécurité sociale, augmenter nos pensions, les salaires.

               Alors, comme dans toute la France, le 24 Novembre 2015 aura lieu à DIJON, un rassemblement unitaire interprofessionnel des retraités. Celui ci se déroulera à 10h00 à la Préfecture de Dijon. (Sauf si les évènements graves que nous venons de connaître conduisait à l’annulation de ce Rassemblement par décision du Préfet ).

           Nous nous rassemblerons pour exiger 

  • l’arrêt du gel des pensions et l’abrogation des mesures fiscales régressives contre les retraités ;
  • l’augmentation des pensions directes et de reversion pour les femmes et les hommes ; l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités et aucune pension inférieure au SMIC pour une carrière complète.
  • Le retour à une revalorisation annuelle des pensions au 1er janvier de l’année prenant en compte l’évolution des salaires
  • La mise en œuvre au 1-01-2016 d’une loi sur l’adaptation de la société au vieillissement avec la prise en charge de la perte d’autonomie par la sécurité sociale
  • Le développement et le renforcement des services publics indispensables à une vie digne , en particulier dans le domaine de la santé.

     Merci pour votre attention.