Jacques TOURNE a dans un long rapport fait un tour complet de l’actualité internationale et nationale.

Dans nos têtes toujours présents les attentats, l’état d’urgence, Air-France et les libertés syndicales, la SNCF et sa réforme, mais aussi les élections professionnelles, les retraités comme variable d’ajustement et la vie syndicale des retraités.

Tout d’abord les attentats où la CGT a été touchée dans sa chair puisque 3 de ses membres sont parmi les victimes. La seule réponse de ce gouvernement est de déclarer la guerre. Loin d’être efficace, cette stratégie nous paraît même contreproductive. Ces dernières années, les gouvernements ont souvent fait le choix de la riposte militaire. S’il suffisait de bombarder le Moyen-Orient, cela se saurait ! Ces guerres ont entraîné un exode massif des populations vers l’Europe. Certains voudraient nous faire croire que chaque réfugié est un terroriste en puissance. On le voit bien, les bombardements accentuent les problèmes sans les régler.

Il ne faut pas confondre renforcement de la sécurité, lois sécuritaires et restrictions des libertés. C’est pourtant ce qui semble se dessiner, lorsqu’on nous parle de multiplier les perquisitions à toute heure et en tout lieu, d’interdire les manifestations, d’étendre les assignations à résidence ou de renforcer les écoutes. Nous avons besoin plus que jamais de démocratie.

Le Président de la République annonçait que le pacte de sécurité prendrait le pas sur le pacte de responsabilité. Enfin une bonne nouvelle, aurait-on l’intention de desserrer la politique d’austérité ? Michel SAPIN nous a tout de suite enlevé le doute en annonçant que ce serait à coût égal.

L’affaire Air-France qui avec plus de 800 millions de bénéfice annonce la suppression de 3000 emplois avec les méthodes que l’on connaît, suivis du licenciement sans preuve de l’identité de 5 salariés pour 2 chemises déchirées, et bien sûr avec pour objectif de porter des coups à la CGT qui est le syndicat qui refuse la liquidation sociale. A la SNCF, un de nos camarades est menacé de licenciement malgré le refus de l’Inspection du Travail. Les méthodes sont les mêmes.

On nous vend l’Ubérisation de l’économie au nom de la modernité, on nous prédit la fin du salariat. Cela conduira vers la faillite les artisans et petites entreprises, mais aussi la protection sociale qui sera privée de cotisations. L’ouverture des magasins le dimanche alors que les salariés n’ont plus rien à dépenser, travailler plus alors qu’il n’y a pas de travail, la casse programmée du Code du Travail et le récent accord sur les retraites complémentaires, première pierre de la retraite à 63 ans malgré le chômage très élevé dès 50 ans, et avec la complicité de la CFDT.

La mensualisation des pensions, conduit à un alignement vers le bas pour aller vers une retraite payée à terme échu, puis harmonisation pour aller vers une retraite à point, et variable en fonction des fonds à disposition.

A la SNCF, le déraillement en Alsace, qui suit une série d’un accident grave par an est un signe d’alerte sur les politiques menées. Les élections professionnelles, qui malgré un léger tassement de la CGT, constituent un camouflet pour la SNCF qui avait prévu un effondrement de notre organisation syndicale et une modification du rapport de force électoral. Pourtant, fortes avaient été les pressions exercées et la confusion générale entretenue au sein de l’entreprise par la mise en œuvre de la réforme ferroviaire, de même que la volonté de favoriser l’UNSA et la CFDT. Les forces ayant combattues la réforme (CGT et Sud) restent majoritaires, et la CGT reste la 1ère organisation.

Il a été mis en évidence nos insuffisances dans la mobilisation, nous sommes loin du compte compte-tenu des enjeux.

La continuité syndicale n’est pas non plus une réussite, même s’il y a un mieux. Une première réunion avec les préretraités a eu lieu à la grande satisfaction des participants.

Les votes des différents budgets, comptes et direction de la section ont conclu cette matinée suivie par un apéritif et un repas fraternel. L’après-midi a été consacrée à la remise de différentes médailles.